First Colloquium and Third General Assembly

First Colloquium and Third General Assembly

The First Colloquium and Third General Assembly of the Coalition were held in Arusha on 12-13 March 2015.

Coalition at the 56th African Commission Session

Coalition at the 56th African Commission Session

The Coalition in collaboration with ICJ-Kenya carried out a successful advocacy mission in Banjul from 13 to 25 April 2015.

Strengthening Women’s Rights in West Africa

Strengthening Women’s Rights in West Africa

The Coalition in partnership with Senegalese Association of Female Jurists conducted a workshop in Darkar, Senegal, from 24-25 February 2015 to strengthen Women's Rights in West Africa.

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2010 JoomlaWorks, a business unit of Nuevvo Webware Ltd.

PostHeaderIcon SBL, PALU et ACC joignent les mains dans l’enrichissement de la pratique juridique pour la Diaspora africaine et les avocats africains et étudiants en droit par le biais de stages en Afrique, le Royaume-Uni et les États-Unis

SBL, PALU et ACC joignent les mains dans l’enrichissement de la pratique juridique pour la Diaspora africaine et les avocats africains et étudiants en droit par le biais de stages en Afrique, le Royaume-Uni et les États-Unis

Arusha, Tanzanie, le 25 janvier 2017, la Société des Avocats noirs (SBL), l'Union Panafricaine des Avocats (UPA) et la Coalition pour une Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples efficace (la Coalition), ont uni leurs efforts pour offrir des opportunités aux avocats africains et de la diaspora et aux étudiants en droit d'enrichir leur expérience grâce à des stages en Afrique, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Le projet vise à faciliter l'échange d'étudiants de premier cycle et d'études supérieures, d'avocats stagiaires et des avocats pleinement qualifiés, d'entreprendre des stages aux bureau de l’UPA et de la Coalition basés à Arusha, en Tanzanie. Dans la deuxième phase, qui pourrait être lieu au cours de la deuxième année du projet, il est prévu que le personnel et les stagiaires de l’UPA et de la Coalition seront placés dans des cabinets d'avocats et des chambres de conseils au Royaume-Uni et aux États-Unis. Le stage comprendra l'expertise en rédaction de plaidoiries, la préparation des affaires, le travail administratif et la réalisation de recherches juridiques et éducatif pertinentes aux travaux des organisations respectives et tout autre travail jugé nécessaire par l’UPA et la Coalition. Le nombre de stagiaires pour chaque année est d’ un minimum de deux et un maximum de 16 par mois , sous réserve d'un accord écrit entre les organisations respectives.

“Nous nous attendons à ce qu'il s'agisse d'un merveilleux partenariat de coopération, ouvrant des possibilités aux étudiants, aux praticiens et aux avocats de la diaspora et de l'Afrique”. Donald Peter Herbert O.B.E., Président du SBL.

“Ce partenariat est une nouvelle ère pour apprendre et partager l'expérience entre les avocats noirs de la diasporas et les avocats africains des droits de l’homme pour la promotion des droits de l'homme en Afrique”. Dieu-Donné Wedi Djamba, Secrétaire Exécutif pour la Coalition.

“La Diaspora est la sixième région de l'Afrique, et nous sommes très heureux que ces trois organisations africaines; une organisation de la diaspora et deux basées sur le continent avancent pour montrer pratiquement comment nous devrions coopérer et collaborer, et nous espérons fournir un modèle pratique pour l'Union africaine et pour les Etats membres et autres parties des associations professionnelles, sociétés civiles etc., sur le travail conjoint entre la diaspora et ceux du continent”. Donald Deya, Directeur Exécutif de l’UPA.

La Coalition félicite les trois organisations pour ce partenariat et appelle à renforcer la collaboration entre la Diaspora et l'Afrique pour faire avancer le droit, la profession juridique, l'état de droit, la bonne gouvernance, les droits de l'homme et des peuples et le développement socio-économique du continent africain.

Pour plus d'informations sur la façon dont vous pouvez faire partie de cette opportunité passionnante, contactez:
Au Royaume-Uni:
Donald Peter Herbert O.B.E., Président de la Société des Avocats noirs (SBL); Email: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

En Afrique:
Donald Deya, l'Union Panafricaine des Avocats (UPA); Email: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Dieu-Donné Wedi Djamba, la Coalition pour une Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples efficace (la Coalition); Email: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Donald Peter Herbert O.B.E., Chairperson of SBL visits the Coalition staff in Arusha, Tanzania.

 


The three organisations signing partnership agreement.

 


Left to right: Donald Peter Herbert O.B.E., Chairperson of SBL, Dieu-Donné Wedi Djamba, Executive Secretary for ACC, and Donald Deya, Chief Executive Officer of PALU.

 

 

PostHeaderIcon Communiqué de presse: Le récent retrait de certains états africains de la Cour pénale internationale

Mardi, 1 Novembre 2016

COMMUNIQUE DE PRESSE

LA COALITION POUR UNE COUR AFRICAINE DES DROITS DE L’HOMME ET DES PEUPLES EFFICACE EN RAPPORT AVEC LE RÉCENT RETRAIT DE CERTAINS ÉTATS AFRICAINS DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CPI)

À la lumière du récent retrait du Burundi (11 Octobre 2016), la Gambie (25 Octobre 2016) et de l'Afrique du Sud (le 21 Octobre 2016) du Statut de Rome, la Coalition pour une Cour Africaine des Droits de l'Homme et des Peoples efficace (la Coalition) reconnaît la nécessité pertinente pour les États africains pour sécuriser l'accès à la justice pour ses citoyens et de renforcer les different mécanismes africains des droits homme afin de garantir les droits des victimes et de l'accès à la justice.

À ceteffet, la Coalition exhorte les États africains à ratifier les instruments des droits de l'Union Africaine (UA) comme le Protocole a la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples relatif à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples portant creation d’une Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (le Protocole), afin de garantir la réparation aux victimes de violations des droits de l'homme sur le continent africain. Jusqu'à ce jour, seuls 30 des 54 États membres de l'UA, ont ratifié le Protocole. Ces états sont l'Algérie, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Côte d'Ivoire, Comores, Congo, Gabon, Gambie, Ghana, Kenya, Lesotho, Libye, Mali, Malawi, Mozambique, Maurice, Mauritanie, Nigéria, Niger, Rwanda, la République arabe sahraouie démocratique, l'Afrique du Sud, Sénégal, Tanzanie, Togo et Tunisie. Toutefois, la ratification du Protocole ne suffit pas car le Protocole et les règles de la Cour Aafricaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CAfDHP) prévoient en plus que l'accès direct à la CAfDHP par les individus et les ONG ayant la statut d'observateur auprès de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples (CADHP), sera accordé aux citoyens des États membres qui ont fait la declaration prévue à l'article 34 (6) du meme protocole, en acceptant la compétence de la CAfDHP. Jusqu'à ce jour, seulement 8 États members ont fait cette déclaration et ils comprennent le Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Mali, Malawi, Rwanda et Tanzanie. Cependant, en février 2016, le Rwanda a retiré son acceptation de la compétence de la CAfDHP sur les plaints individuelles et collectives.

Étant donné le nombre limité d'États qui ont ratifié le Protocole et a fait la déclaration acceptant la compétence de la CAfDHP, l’acès à les individus et les ONG ayant le statut d'observateur auprès de la CADHP est également très limitée car le CAfDHP rejete des nombreuses applications. Cela empêche les citoyens de ces États d'obtenir l’accès à la justice et la réparation en vertu de la loi.

La Coalition tient à rappeler aux États membres de l'UA de leur engagement de ''promouvoir et protéger les droits de l'homme et des peoples conformément à la Charte Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples et d’autres instruments pertinent relatifs aux droits de l’homme conformément à l'article 3(h) de l'Acte Constitutif de l'UA. La Coalition rappelled également les dirigeants africains de leur slogan "des solutions africaines aux problems africains”, et que les mécanismes africains des droits de l'homme, tels que la CAfDHP, ont été mis en place pour traiter les questions relatives aux droits de l'homme sur le Continent.

Par conséquent, en tenant compte du fait que 2016 est l’année africaine des droits de l’homme tel que déclaré par le sommet de l’UA en janvier de 2014, la Coalition exhorte les États membres de l'UA à soutenir le travail de la CAfDHP en ratifiant le Protocole et en faisant la declaration de l'article 34(6) en acceptant la compétence de la CAfDHP. Cela permet de promouvoiret de renforcer les mécanismes africains des droits de l’homme, pour garantir aux citoyens des États membres de l'UA la protection et réparation en vertu de ces mécanismes.

 

PostHeaderIcon La Coalition séminaire sur les procédures judiciaires de la Cour Africaine des Droits Humains et des Peuples

La Coalition séminaire sur les procédures judiciaires de la Cour Africaine des Droits Humains et des Peuples, Lubumbashi, RDC, 7 septembre 2016

La Coalition et le Barreau Lumbumbashi a organisé un séminaire d'une journée sur la procédure judiciaire de la Cour africaine des droits humains et des peuples. Les participants ont été introduits au judiciaires procédures de la Cour africaine des droits humains et des peuples et la Commission Africaine des Droits de l'homme utilisé par les Africains pour réclamer justice et réparation en cas de violations des droits de l'homme. L'objectif du séminaire était de renforcer la capacité des avocats sur les procédures devant la Cour Africaine et la Commission africaine, et encourager la promotion des droits de l'homme et des peuples par la ratification du Protocole instituant la Cour Africaine et le dépôt de l'article 34(6) Déclaration pour garantie l'accès à la justice.

 


.


.


.


.

 

PostHeaderIcon Faites la difference, soutenez la Coalition pour la Cour africaine!

La Coalition pour la Cour africaine étant une organisation sans profit est ouverte à recevoir des dons qui soutiendront ses activités en particulier les formations, les séminaires, les plaidoyers et les tables rondes avec l’objective de garantir l’accès à la justice pour tous en Afrique cela en travaillant pour une Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (la Cour africaine) efficace, accessible et indépendante.

Les Dons servirons également à soutenir des Jeunes diplômés pour acquérir de l’expérience avec la Cour africaine et le système africain des Droits de l’Homme dans l’ensemble à travers un riche programme de stage effectué au Secrétariat de la Coalition pour la Cour africaine.

Nos partenaires au développement:
.

 
Recherche

| WEBMASTER | RESPONSABILITÉ | PRIVACY | DROITS D'AUTEUR |
Designed by André M Titus.